Profitez Pas Cher En Ligne Patrizia Pepe Sneaker Femme Pas cher Prix ​​pas Cher Incroyable réal tG7HyP

SKU29610813765
Profitez Pas Cher En Ligne Patrizia Pepe Sneaker Femme Pas cher Prix ​​pas Cher Incroyable réal tG7HyP
Patrizia Pepe Sneaker Femme Pas cher
Menu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Se connecter
S'inscrire

Une faille dans la 4G permet de piéger les internautes avec de faux sites web

GilbertKALLENBORN

Journaliste

Commenter
11
Tweeter
0
Partager

NewsletterActualités

Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter Actualités

Pour des raisons d’analyse application, des captures et des enregistrements vidéo d’écrans sont transférés à des tiers sans que l’utilisateur soit averti. Parfois, ils contiennent même des données personnelles.

Quand vous utilisez une appli mobile, il faut savoir que vousn’êtesjamais vraiment seul. Eneffet, les éditeurs embarquent dans leurs applications non seulement une palanquée de mouchards publicitaires, mais aussi des outils qui analysent les clics et le parcours des utilisateurs, pour savoir si l’interface graphique est efficace et si les fonctionnalités sont utiles. Ce que l’on ne savait pas jusqu’à présent, en revanche, c’est que certaines applications pistent les utilisateurs avec des copies d’écran et des screencasts qui sont ensuite transmis par Internet à des tiers.

Cette découverte a été faite par un groupe de chercheurs de Northeastern University et UC Santa Barbara qui ont analysé le fonctionnement de plus 17.000 applications Android de manière statique et dynamique. A l’origine, cette étude avait pour but de savoir si les applications abusaient de leurs droits d’accès au microphone et au module caméra en faisant des captations à l’insu des utilisateurs. Cette théorie du complot ne s’est pas confirmée. Par contre, en analysant les flux réseau, ils ont trouvé une poignée d’applications qui procédaient à des transferts bizarres d’images et de vidéos.

Screencasts envoyés en cachette

L’une d’entre elles s’appelle GoPuff, l’appli mobile d’un service de livraison. Elle enregistre régulièrement l’écran et envoie la séquence à AppSee , un prestataire d’analyse d’applications mobiles. En soi, on pourrait s’en accommoder. Le problème, c’est que certaines séquences envoyées montraient le code postal de l’utilisateur. Interrogé par Gizmodo , AppSee rejette la faute sur GoPuff tout en indiquant que ses droits d’utilisations interdisent clairement la captation de données personnelles.

De son côté, Google estime que les fonctionnalités de captation d’AppSee n’apparaissent pas assez clairement dans les applications qui les intègrent. Les utilisateurs ne sont donc pas au courant de cette pratique et ils ne peuvent pas s’en protéger. En effet, à l’inverse du microphone ou de la caméra, la copie d’écran ne nécessite pas un droit d’accès particulier.

Un autre logiciel problématique était SAHIC, l’appli mobile d’une conférence professionnelle. Elle envoyait régulièrement des copies d’écran à TestFairy, un prestataire d’analyse applicative destiné aux bêta tests. Là encore, la pratique est très discutable. Parmi les copies d’écran figurent des contacts et des messages envoyés au sein de l’application.

Enfin, les chercheurs signalent une troisième catégorie de fuite de données: les éditeurs de photos. Il s’avère que certains traitements d’image ne sont pas effectués en local mais sur les serveurs du fournisseur. Les photos sont donc transférées sans que l’utilisateur ne soit averti. Les chercheurs estiment que ces différentes techniques représentent un risque non négligeable pour la protection des données personnelles si elles ne sont pas bien encadrées et, surtout, si l’utilisateur ne donne pas explicitement son consentement.

Gilbert KALLENBORN

Journaliste

à suivre sur
11
Tweeter
0
Partager

Inscrivez-vous à la Newsletter Actualités

2 Avant de l'entendre, le juge l'exhorte derechef à dire la vérité et l'informe des sanctions pénales que l'art. 306 du code pénal suisse 1 attache à la fausse déclaration d'une partie en justice.

Art. 65

Appréciation

Le juge apprécie librement la force probante des déclarations des parties.

Si une partie fait défaut sans excuse suffisante bien qu'elle ait été personnellement citée, ou si elle refuse de répondre, le juge apprécie cette attitude, conformément à l'art. 40.

Art. 66

Assignation

Les parties sont avisées de la clôture de la procédure préparatoire.

Le président de la section procède aux citations pour les débats devant le tribunal.

L'art. 34, al. 2, est applicable par analogie.

Art. 67

Mesures d'instruction

Le tribunal recueille les preuves dont l'administration a été renvoyée aux débats principaux en vertu de l'art. 35, al. 3.

Sur requête présentée dans les dix jours dès la clôture de la procédure préparatoire ou d'office jusqu'à la clôture des débats, le tribunal peut compléter les preuves administrées devant le juge délégué. Il peut aussi, lorsqu'il l'estime nécessaire, faire administrer des preuves à nouveau, notamment lorsqu'il a des raisons particulières de prendre directement connaissance d'un fait.

Le tribunal peut, sur requête ou d'office, renvoyer la cause au juge délégué pour complément d'instruction.

Art. 68

Plaidoiries. Jugement

Lorsque le tribunal estime que les preuves sont administrées, la parole est donnée aux parties pour motiver leurs conclusions et pour répliquer ou dupliquer.

Si un complément d'instruction est ordonné par la suite, le tribunal peut autoriser de nouvelles plaidoiries.

Les débats sont suivis, autant que possible, de la délibération et de la votation.

Art. 69

Frais du procès

1 Le tribunal statue d'office sur les frais du procès conformément aux art. 65, 66 et 68 LTF 1 . 2

2 Lorsqu'il y a plusieurs demandeurs ou plusieurs défendeurs, le tribunal décide selon sa libre appréciation si c'est solidairement qu'ils supportent les frais ou peuvent se les faire rembourser et dans quelle proportion entre eux, ou si c'est par tête ou proportionnelle ment à leur participation au procès. Il décide de même dans quelle mesure l'intervenant contribue aux frais judiciaires et aux dépens de l'adversaire de la partie qu'il soutient, ou peut se faire rembourser par lui ses propres frais.

3 Les parties produisent avant le jugement l'état détaillé de leurs frais.

Art. 70

Prononcé du jugement

Le jugement est prononcé séance tenante. Avec l'accord des parties, il peut leur être communiqué par écrit.

Une expédition contenant les motifs complets est remise à chaque partie.

Le greffe communique immédiatement à la partie absente une copie du dispositif du jugement. Il n'y a pas lieu de lui notifier une expédition complète lorsque, suivant l'art. 11, la notification devrait se faire par publication. En ce cas, au lieu d'être notifiée, l'expédition complète est classée au dossier judiciaire; mention est faite de la date du classement.

Art. 71
Siège social

1620 Tech Avenue, Unit #1Mississauga, ON

L4W 5P4

Mon – Fri: 9:00 am – 5:00pm

Fax: 905.206.2798Toll Free: 1.866.606.2790电话: 1.888.268.1888

info@insception.com

Connectez-vous

Facebook Twitter LinkedIn YouTube